Crèche en pâte Fimo

Il y a 10 ans, au moment de Noël, alors que je tenais un blog personnel plus ou moins populaire (au moins dans mon entourage), j’avais blogué que nous nous étions acheté notre premier sapin de Noël dans notre vie de couple. Les années passées, nous n’avions pas de sapin, ne passant pas nos vacances de Noël dans notre appartement. Là, je travaillais entre Noël et le Nouvel An, nous allions pouvoir en profiter. J’avais expliqué que chez mes parents, on ne mettait pas de crèche au pied du sapin. En revanche, mon homme trouvait que ça manquait.

 

A l’époque, mon petit frère était gravement malade. Un an auparavant en décembre 2003, nous avions eu l’immense chance de pouvoir lui faire une greffe de moelle osseuse, car j’étais compatible avec lui.
Et à Noël 2004, nous craignons une rechute. Nous étions dans l’attente de résultats de ponction lombaire, d’IRM et de biopsie qui le confirmeraient ou pas… Une deuxième greffe était même programmée pour la mi-janvier.

 

Mon homme avait beau vouloir une crèche, je m’y étais refusée. J’avais écrit alors que si mon petit frère ne faisait pas cette 3ème rechute, si la 2ème greffe avait lieu et se passait bien, s’il guérissait, alors, je ferai une crèche l’année d’après, pour faire plaisir à mon homme.

 

Et puis le 24 décembre 2004 au soir, c’est moi qui ai décroché le téléphone qui sonnait chez mes parents. Nous étions seuls, mon homme et moi, on attendait le reste de la famille, simplement parti en balade.
C’était le médecin qui appelait. Pour dire que tous les examens étaient normaux, jusqu’à la biopsie, et que nous pouvions définitivement écarter la rechute. Elle tenait à appeler, à nous le dire, parce qu’une nouvelle comme celle-là, en toute fin d’après-midi d’un 24 décembre, ça vaut tout l’or du monde.
Ce Noël, qui aurait pu être bien triste et morose, est devenu en un coup de téléphone, le plus joyeux et le plus émouvant Noël depuis bien longtemps.

 

Je ne suis pas devenue croyante pour autant. Mais un an plus tard, alors que tout continuait d’aller bien pour mon frère, j’ai tenu ma promesse. On allait mettre une crèche au pied de notre sapin de Noël.

 

Je ne voulais pas d’une crèche classique, fallait pas exagérer non plus. J’aurais bien craqué pour une crèche Playmobil, par exemple. Mais ça n’existait pas.
Il ne restait plus qu’à en réaliser une moi-même, je l’imaginais déjà en pâte Fimo.
Aujourd’hui, quand je tape sur Google les mêmes mots clefs qu’à l’époque pour trouver des idées ou des tutos, les résultats étaient bien pauvres… et pas du tout à l’image de ce que j’avais en tête.

 

Je suis finalement tombée sur un magasine Truffaut, dont les explications très succinctes permettait d’aboutir normalement à une jolie crèche colorée. Je n’ai pas retrouvé le magasine, ni sous forme papier, ni sur internet. Je ne peux donc vous donner aucun visuel.

 

Je me suis équipée d’une machine à pâte, d’une seringue, d’ustensile à Fimo, et de Fimo de différentes couleurs. Ça m’a coûté relativement cher, mais j’étais déterminée à aller au bout. Et puis c’est un équipement qui a ensuite servi plusieurs fois.

 

Le premier santon réalisé fut le berger, baptisé « Bébère » à l’époque. Il s’est un peu tassé à la cuisson, parce que j’ai fait une petite erreur en réalisant son corps.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

J’ai poursuivi avec Marie:

Image

Puis Joseph, plus grand que Bébère donc, car mieux réalisé:

Image

Le p’tit Jésus bien sûr:

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Et enfin, l’âne et le mouton:

MINOLTA DIGITAL CAMERA

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Il manquait alors quelques personnages, mais voici la photo prise à l’époque:

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Ainsi que la photo du sapin, un peu floue:
PICT0098

 

Depuis, ma crèche sort donc tous les ans depuis 9 ans, avec le sapin.

 

Je viens de la déballer. Comme vous pourrez le constater, le bœuf est maintenant présent, il a rapidement rejoint la famille.
20141207_191607 20141207_191326
En revanche, il manque toujours les rois Mage, que je n’ai toujours pas eu le courage de réaliser.
Je ne désespère pas: un jour, peut-être!
Publicités

Colliers moustache

Essais avec du plastique dingue. J’ai découpé une forme moustache dans une feuille, j’ai prévu les 2 trous qui permettront ensuite d’y attacher la chaîne. Les feuilles de plastique dingue peuvent se trouver sous différentes couleurs. Là, il s’agit d’une feuille transparente, j’ai donc utilisé un feutre noir et indélébile pour obtenir la couleur.

 

Ensuite, on met au four. Le plastique, sous l’effet de la chaleur, commence à se tordre, se rétracter et s’épaissir.

 

A la fin de la rétractation, le plastique redevient plus ou moins plat (il faut parfois l’aider un peu en appuyant dessus).
A la sortie du four, on laisser refroidir.

 

Fournitures:
– feuilles de plastique dingue
– four

 

20121216_142112 20121216_143513