Pantalon large et fluide

J’avais presque 2 projets en parallèle: le combi-pantalon Bilabo et le pantalon Mentawaï du livre de Blousette Rose.
Parlons maintenant du pantalon.

 

J’avais quelques doutes sur ce pantalon, notamment sur le manque de poches devant, et sur la ceinture.
Mais j’ai volontairement décidé de suivre scrupuleusement les indications du livre.

 

Dans les indications, on commence très vite par les poches arrière. J’avoue ne pas avoir tout compris à la première lecture.
Je ne voyais pas bien l’utilité d’avoir 2 patrons de poche (poche et poche 2). D’ailleurs, je n’ai compris qu’après réalisation (j’ai peut-être oublié de mettre mon cerveau en marche, pour le coup…).
En fait, j’ai coupé la plus grande poche dans mon tissu de doublure (un voile de coton blanc uni), et la plus petite dans mon tissu noir et blanc.
La doublure de la poche est cousue directement sur le tissu du dos des jambes (au niveau des fesses bien sûr).
Puis on vient coudre par dessus la poche plus étroite. Du coup, on voit quelques millimètres, de chaque côté et en bas de la poche, du tissu de la doublure.
Je n’avais donc pas vraiment prévu le coup, mais finalement, ce n’est pas si gênant dans mon cas. Par contre, il vaut mieux en avoir conscience si on ne veut pas avoir apparaitre le tissu de la doublure.

 

Je n’étais donc pas forcément convaincue par la ceinture non plus. J’ai failli faire une ceinture classique, sans l’ouverture devant. J’aurais, au choix, soit conservé le cordon et prévu des boutonnières pour le faire sortir, soit réalisé une ceinture entièrement fermée avec un élastique à l’intérieur.
Mais comme je le disais en introduction, j’ai voulu aller au bout des explications.

 

Bien sûr, non serré à la taille, le pantalon donne l’impression d’être taillé pour un pachyderme. C’est donc le cordon qui permet de l’ajuster et de lui donner une forme un peu convenable. Évidemment, comme je le pressentais, le cordon n’a aucune raison de rester sagement contre le tissu à l’avant. Il remonte sur la peau, et le tissu, soumis à la gravité, descend inévitablement.

 

En plus, je trouve un peu pénible cette histoire de cordon. Un élastique m’aurait semblé bien plus simple, au quotidien. Lorsque le cordon n’est pas noué ou pas suffisamment serré, on a vite fait de se retrouver le pantalon aux chevilles…

 

Si je reprends un jour ce patron, j’essayerai d’y ajouter des poches (italiennes par exemple), et je ferai une ceinture avec élastique.
Si j’ai le courage de me repencher sur celui-ci, j’ajouterai au moins un élastique dans la ceinture dos.

 

Néanmoins, j’ai l’air critique comme ça, mais une fois ajusté, ce pantalon est plutôt agréable à porter. Je le porte avec plaisir et confort, et il m’a bien servi pendant nos vacances cet été.
J’ai pris quelques photos, mais d’un peu loin ou un peu floues… désolée. Les photos portées ont été prises au château de Castelnaud en Dordogne. Chouette visite.

 

J’ai fait de la customisation avec ma Silhouette Portrait, avec mon classique Chiche Boum Boum sur une des poches, en flex noir pailleté. J’ai aussi tenté de reproduire le logo de ce blog avec ce même flex. Ce logo, c’est moi qui l’ai créé, dans l’objectif de pouvoir en faire un pochoir, ou un flex.
Je n’ai pas compris pourquoi la machine n’avait pas coupé l’ensemble du motif. J’avais pourtant bien positionné mon flex sur la feuille de transport… Du coup, en manque de flex, j’ai thermocollé le résultat tel quel, en haut de la poche, en faisant comme si c’était le bord de la poche marquait aussi la fin du motif.
Ni vu ni connu, j’t’embrouille.

 

Patron: Pantalon Mentawaï du livre de Blousette Rose, taille 44.

 

Fournitures:
– 2m Tissu toto au mètre noir et blanc = 11,80€ .
– une petite chute de voile de coton blanc (poches arrière + doublure ceinture).
– cordon noir pour la ceinture.
– flex pailleté noir

 

Prix approximatif: moins de 13€, patron non inclus.

 

20150908_190014 20150908_185930 20150908_185941 20150908_185946 20150816_114821 20150816_133438
20150816_133531
Publicités

Combi-pantalon

On ne peut pas passer à côté, depuis déjà quelques saisons: le combi-pantalon.
Quand je les vois suspendus dans les magasins, je n’arrive pas à m’imaginer dedans, ça me semble immense (en longueur) et j’ai souvent la flemme d’essayer.

 

Quand j’ai acheté le livre de Blousette Rose (en septembre 2014…), j’avais repéré de suite le combi-pantalon Biloba (et pour cause, puisqu’il est sur la couverture!).
Je me suis donc lancée près de 11 mois plus tard. Bien sûr, j’aurais préféré ne pas avoir à tailler du 44 dans mon tissu, mais ça, c’est… la vie.

 

Donc, ne voulant pas investir dans un combi-pantalon du commerce de peur de le laisser dans un coin sans jamais le porter, j’ai décidé de le réaliser moi-même, avec un tissu vraiment pas cher de chez Toto. Au moins, je pouvais l’ajuster comme je voulais, et m’adonner à ma passion en même temps: la couture!

 

Pas convaincue par les smocks aux chevilles, surtout avec une silhouette comme la mienne, j’ai préféré laissé le pantalon droit. Je l’ai du coup fortement raccourci (au moins 10cm).

 

Je n’avais jamais posé d’œillets jusqu’ici, je crois qu’on peut dire que j’ai maintenant expérimenté la chose! Je n’ai pas respecté leur nombre sur le patron, j’ai préféré me caler sur les motifs (plus pratique pour que ce soit bien symétrique à gauche et à droite, à condition d’avoir fait bien attention aux raccords). J’en ai donc posé 16 de chaque côté. Il a même fallu que je retourne chercher une boîte d’œillets (exactement les mêmes, notice comprise, mais estampillés sous une marque, et donc presque 2 fois plus chers…).

 

A l’essayage, j’ai eu un gros doute sur le pantalon, qui me semblait presque ressembler à un sarouel. En fait, je pense que cet effet est un peu obligatoire pour un combi-pantalon, si on ne veut pas être très gênée lorsqu’on s’assoit. Et puis finalement, une fois complètement assemblé, avec la ceinture élastique ajustée, ce sentiment était moins présent.

 

Dans le futur, je me demande si je ne remplacerai pas les bretelles de coton par un gros cordon élastique rond en lycra (comme pour les maillots de bain). Ce sera peut-être plus facile à enfiler, et plus facile à vivre dans tous les mouvements.

 

Bref, je suis contente du résultat final, je pense que je vais porter ce combi-pantalon. Il est vrai que le déshabillage puis ré-habillage avec le ruban de satin n’est pas une opération des plus rapide, mais ça se fait plutôt bien quand même (et ce, plusieurs fois par jour!).

 

Patron: Combi-pantalon Biloba du livre de Blousette Rose, taille 44.

 

Fournitures:
– Au moins 2,5m de tissu polyester motifs bleus et blancs au poids chez Toto à -50% = 2,55€.
– 3m de ruban satin bleu Toto = 0,90€.
– ruban de coton blanc de mon stock.
– Boîte de 25 œillets Toto = 3,40€
– Boîte de 20 oeillets Bohin chez Mondial Tissu = 4,99€
– un peu de floc blanc pour mon Chiche Boum Boum

 

Prix approximatif: moins de 12€, patron non inclus.

 

Image Image Image